La digitalisation de la fonction finance émerge comme l’une des réponses les plus pertinentes pour répondre à la nécessité constante de compétitivité et d’efficacité des entreprises. Les directeurs administratifs et financiers (DAF) occupent une position centrale et stratégique dans cette transformation numérique, visant à dématérialiser les processus en exploitant les nouvelles technologies telles que l’intelligence artificielle et la RPA.

Quelle sont les priorités des DAF en 2024 ?

Selon une étude conduite par PwC, en collaboration avec la DFCG (Association Nationale des Directeurs Financiers et de Contrôle de Gestion), les priorités 2024 des directions financières et administratives (DAF) concernent la gestion du cash, des financements et de l’investissement, ainsi que le pilotage de la performance.

En parallèle des objectifs de rentabilité et de gestion des coûts, les directions financières doivent désormais répondre à des exigences de conformité réglementaire, notamment concernant l’obligation de facturation électronique qui touche toutes les entreprises. Ces défis renforcent la nécessite de collecter et de maitriser les flux de données pour piloter, analyser et rendre compte de la performance financière et extra-financière de l’organisation.

👉 Regardez notre webinar

« Comment réussir son projet de dématérialisation de factures fournisseurs. »

webinar-factures-fournisseurs

La digitalisation de la fonction finance : un défi à relever

Aujourd’hui, l’objectif est de construire un futur où les fonctions financières ne se limitent pas à répondre aux besoins actuels, mais anticipent l’avenir à travers une planification stratégique et une culture d’entreprise axé sur l’innovation.

L’automatisation représente une véritable opportunité pour la fonction finance. Les DAF sont particulièrement sensibles aux bénéfices apportés par les nouvelles technologies, notamment pour :

  • La gestion du volume important d’informations et de données qu’elles traitent ;
  • L’importance des processus financiers (Record to Report (R2R), Procure to Pay (P2P), Order to Cash (O2C);
  • Leur rôle crucial dans le pilotage de la performance de l’entreprise.

Trois leviers technologiques prioritaires

Selon l’étude CSA Mazars 2024, 53% des DAF estiment que leur entreprise est en retard en matière de digitalisation, en raison de la multiplicité des systèmes, du manque d’interfaçage entre eux ainsi que d’un manque d’automatisation de nombreuses tâches encore réalisées manuellement. 

Pour relever ces défis, les DAF doivent tirer pleinement parti des nouvelles technologies pour automatiser les processus et exploiter les données de manière plus efficiente.

Pour les trois prochaines années, trois leviers technologiques prioritaires ont donc été identifiés :

L’intelligence artificielle comme réponse aux enjeux de la digitalisation de la fonction finance

L’IA suscite un grand intérêt, bien que la plupart des entreprises en soient encore au stade de l’exploration et de l’identification des cas d’usage. De nombreuses directions financières souhaitent automatiser la fonction finance, avec 45% des répondants prévoyant d’investir dans l’intelligence artificielle (IA) d’ici trois ans. Par ailleurs, les DAF cherchent à moderniser leurs systèmes d’information (SI), à faire évoluer leur ERP et à améliorer leur système de pilotage de trésorerie.

Tous les processus financiers sont impactés :

  • Les processus transactionnels voient leur exécution de plus en plus automatisée, avec un focus sur l’identification et la gestion des exceptions.
  • Les processus décisionnels bénéficient des technologies pour exploiter les données et améliorer la compréhension des comportements des clients et des marchés.
intelligence-artificielle

La montée en puissance du cloud

La transformation de la fonction finance s’accélère grâce aux nouvelles opportunités offertes par le cloud, qui simplifie l’accès aux données et améliore le pilotage économique des entreprises. Cette technologie permet une gestion centralisée des données financières et non financières, facilite l’accès aux services d’automatisation des processus tels que la comptabilité, la gestion des factures et des dépenses, et renforce la collaboration en temps réel entre les équipes financières et les autres départements. De plus, elle rend les directions financières plus agiles face aux fluctuations du marché et aux événements imprévus.

Gestion des risques et cybersécurité

La montée en puissance de la digitalisation de la finance doit être accompagnée d’une attention particulière portée à la sécurité des données.

La plupart des entreprises, en particulier les ETI et les PME, estiment que le risque de cyberattaques est très élevé. D’après l’étude PwC, 70% des entreprises interrogées considèrent que ce risque est plus élevé que les années précédentes et 49% ne se sentent pas suffisamment préparées pour y faire face.  

Les DAF doivent donc collaborer étroitement avec la DSI (direction des systèmes d’information) pour coordonner les risques de cybersécurité et de cyberfraude. En tant que responsable de la gestion des risques, les DAF ont un rôle important à jouer afin de sécuriser les processus de l’entreprise, renforcer le contrôle interne, protéger les outils métiers et sensibiliser les équipes.

👉 Lire notre eBook « L’automatisation de la fonction finance »

automatisation-fonction-finance-IA-ebook

Induire une conduite au changement

La technologie seule ne suffira pas à tenir ses promesses. Elle doit être accompagnée d’une évolution des compétences et peut même nécessiter des changements organisationnels.

D’après l’étude menée par l’institut CSA pour Mazars, 58% des collaborateurs des entreprises montrent une acceptation modérée du changement et 42% estiment même que leur organisation n’accepte pas facilement les transformations.

Il est donc crucial de :

  • Donner un sens à cette transformation en partageant une vision claire et les avantages individuels pour chaque collaborateur, ce qui favorise leur implication et leur motivation.
  • Placer les individus au cœur du processus : les engager dans cette transformation et s’assurer que les solutions proposées sont pertinentes pour leur métier. Par exemple, une solution reposant sur l’IA peut automatiser la saisie des factures et aider les contrôleurs de gestion ou les comptables à détecter les erreurs comptables.

 L’objectif est de transformer la perception du changement en le voyant comme une opportunité d’apprentissage et de développement professionnel.

RH et DAF : une articulation clé

En outre, la transformation numérique requiert une mise à niveau continue des compétences, notamment en anticipant l’impact sur le quotidien des équipes et en définissant clairement les missions de chacun. La coopération entre les RH et les DAF est donc essentielle pour la réussite à long terme de l’entreprise. Une communication fluide et une compréhension mutuelle des objectifs et contraintes de chaque département sont indispensables pour une gestion des ressources humaines alignée sur les objectifs financiers.  


👉 Vous souhaitez en savoir plus sur l’autonomisation des processus financiers et les technologies associées (IA, RPA, Machine Learning) ? Consultez notre eBook complet

👉 Contactez les équipes Symtrax


Sources :

Etude Mazars : https://assets.contenthub.wolterskluwer.com/api/public/content/f385a6348a5c4f08bea7957458712373?v=ac49bc0b

Etude PwC : Priorités 2024 des Directions Financières – Relever les Défis (pwc.com)